Le thé – Son histoire

Le thé est une boisson que l’on consomme beaucoup aujourd’hui, non seulement pour ses vertus mais aussi pour son goût. Bien que sa préparation soit modernisée grâce à l’arrivée sur le marché des machines à thé et les variétés qui existent, l’histoire du thé remonte à très longtemps. On parle même de la boisson la plus ancienne subsistant encore et toujours aujourd’hui.


Une boisson précieuse

Une boisson précieuse

Une boisson précieuse

Liés à de nombreuses légendes, le thé est vraisemblablement la boisson la plus ancienne qui soit. Si certains disent que le thé fût découvert par l’empereur Chen Nung, d’autres affirment que c’est le Bhodi Dharma qui en est le pionnier. Quoiqu’il en soit, le fait est que le thé est connu depuis maintenant 5000 ans en Chine et est très vite adopté par les chinois en tant que breuvage quotidien. Au 8ème siècle, on considéra même les meilleures sélections de thé comme boisson royale dédiée aux nobles et aux souverains. C’est alors que le thé devint un vrai trésor pour l’Empire si bien qu’il servit de monnaie d’échange.

La route du thé

La route du thé

La route du thé

Le thé a beaucoup voyagé. Sa première route fût de la Chine vers le Japon. C’est un moine bouddhiste qui l’y introduit vers le 9ème siècle. Très vite, le thé est considéré au Japon comme étant bien plus qu’une simple boisson. Sa préparation ainsi que sa consommation constitue tout un rituel appelé cha no yu pour que l’esprit trouve la paix et la beauté. Le thé s’est ensuite propagé partout en Asie après le Japon.

Ensuite, le thé est introduit en Europe par la route des caravanes. En traversant la Mongolie, le monde musulman, la Perse et la Russie, le breuvage débarque alors en Europe en commençant par la Hollande en 1606, à Amsterdam. Il s’agit de la première cargaison de thé arrivant dans un port occidental. La Compagnie des Indes Orientales hollandaise entretenu des relations régulières avec l’Extrême-Orient en conservant ainsi son monopole sur la traite du thé jusqu’à la fin des années 1660 même si l’East India Company britannique concurrença ce marché en 1615. En Angleterre, c’est Thomas Garraway qui introduit le thé en boutique et fît paraître une publicité dans un journal en décrivant le thé comme étant une excellente boisson approuvée par les médecins chinois. Au début, la réticence à l’égard de la boisson était palpable. On disait même à l’époque que le thé faisait perdre leur beauté aux femmes et leur amabilité ainsi que leur stature aux hommes. Cependant, le thé devint rapidement l’objet d’un important trafic, réservé en premier lieu aux princes mais peu à peu devenu également apprécié de tous ceux qui fréquentaient les «coffee-houses » que l’on appelle aujourd’hui salon de thé.

Le thé en France

Le thé en France

Le thé en France

En France, le thé fût introduit en 1650, d’abord dans des milieux médicaux. Cela souleva des controverses mais acquis très vite un degré de popularité énorme comme partout ailleurs en Europe. C’est Louis 14 qui fût l’un des premiers Français à apprécier le thé pour ses vertus en influençant ainsi la masse populaire. Le thé devint alors très vite la boisson de la cour du Roi Soleil. La bourgeoisie commença ensuite à être conquise par le breuvage et en 1840, le « thé français » naquit. Ce dernier est emprunt de goût et d’art en s’imprégnant d’élégance. A la fin, le thé connut un grand succès en France auprès de tout le monde. Aujourd’hui, les Français apprécient toujours autant le thé et en consomment plus d’une centaine de tasses par personne et par an.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire